1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 

Un projet de 52 logements qui relie des éléments du grand paysage du nord-ouest parisien, entre la Défense et la Seine.
L’éco-quartier Hoche se construit sur d’anciennes friches industrielles. Il doit articuler l’échelle du parc du Chemin-de-l'île et de l’autoroute A14 la traversant, et celle, beaucoup plus modeste, d’un tissu pavillonnaire datant des années 1930. Les deux parcelles dédiées à l’opération incarnent cette problématique. Le projet est scindé en deux typologies : des logements collectifs alignés sur l’espace public, faisant face aux constructions de huit niveaux assumant la relation à l’autoroute et à un square, et des maisons en cœur d’îlot épousant les gabarits des pavillons existants.
Sur la rue Germaine Tillion, des distributions verticales à air libre scindent les masses bâties. Outre des percées visuelles vers le cœur d’îlot paysagé, ces failles apportent de la lumière solaire directe à la rue, et permettent aux logements de bénéficier de pièces humides éclairées et ventilées naturellement. Le fractionnement des masses bâties sur rue concourent à retrouver l’échelle hétérogène des constructions existantes voisines.
Les logements sont traversants, et s’ouvrent à travers des loggias sur le cœur d’îlot paysagé. L’optimisation des surfaces de distribution permet de proposer des pièces principales de grandes dimensions. Des celliers attenants aux loggias offrent aux locataires une pièce de rangement polyvalente. Les toitures des volumes les plus bas sont habitées par les terrasses de duplex montants.
La rationalité de la conception s’exprime dans les détails. Le bardage métallique, les échelles à crinolines, les luminaires échappés de l’architecture industrielle sont réchauffés par le bois des menuiseries et des loggias.
Sur le square, une lame bâtie accueille des triplex. Sa façade gris ardoise disparaissant derrière un rideau d’arbre planté dans une noue paysagée est hérissée de balcons. Les logements sont là aussi traversants, et disposent de pièces éclairées et ventilées naturellement sur le cœur d’îlot.
Au cœur de l’opération, des maisons de ville en triplex abritent les plus grandes typologies. Leurs volumes hauts sont fractionnés afin d’éclairer leurs pièces humides et leurs paliers d’escaliers. L’extérieur des volumes est gris ardoise afin d’estomper la présence du bâti au profit du végétal. Les failles entre ces volumes sont blanches pour apporter de la lumière et rythmer le jardin. Les toitures des rez-de-chaussée des maisons sont largement végétalisées pour prolonger un peu plus la présence de la nature en cœur d’îlot. 


Maîtrise d’ouvrage : ICF La Sablière
  
Situation : Secteur Hoche  
Nanterre (92)
  
Montant des travaux : 7 314 147 € HT 
 
SHON : 3 800 m²
 
Équipe de maîtrise d’oeuvre :
Architectes mandataires › CFA
Chef de projet › Floriane Bataillard et Géraud Pin-Barras
Mission › base + EXE partielles
Bureaux d'études techniques › Fluides et Structure : Bethac - Économiste de la construction : Cabinet Poncet
 
Début des études : juillet 2009
 
Date de livraison : juin 2014
 
Programme : 52 logements sociaux collectifs avec parking enterré
 
Développement durable : RT 2012 - Label H&E, Qualitel et BBC
- Gestion de l'énergie : compacité des bâtiments - isolation par l'extérieur renforcée – raccordement chaufferie bois collective - panneaux eau chaude sanitaire en toiture - consommation inférieure à 60 kwh/ m²/ an
- Confort acoustique
- Confort hygrothermique et visuel : logements traversants voir triple orientation


PROJETS SIMILAIRES
colboc franzen annexe chambre metier artisanat villiers bel

Annexe de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat

colboc franzen lycee jacques vaucanson tours

Lycée Jacques de Vaucanson à Tours

colboc franzen immeuble bureaux actualis laval

Immeuble de bureaux Actualis